#MigrantsOfLaPréfecture : Nader, là pour rendre service

23h30, 66 bis, rue Saint-Sébastien dans le 6e arrondissement…

Lire la suite

Publicités

#MigrantsOfLaPréfecture : Assane, la colère qui gronde

23h30, 66 bis, rue Saint-Sébastien dans le 6e arrondissement. Si vous passez par là, une nuit, en semaine, pas de suspense, vous y trouverez toujours un petit campement. Une vingtaine de personnes, hommes, femmes et enfants, dorment à même le sol. Squat, bâtiment à l’abandon ? Non, le « service étrangers » de la Préfecture de Marseille. Une annexe au bâtiment imposant qui trône en plein centre. Ici, c’est sur les marches d’un banal immeuble de bureaux que dorment les aspirants à la régularisation. Le nombre de personnes reçues chaque jour dépasse difficilement la vingtaine. Alors la file d’attente commence dès la veille et s’achève chaque matin par un sprint final où il faut jouer des coudes, si l’on ne veut pas repartir pour une nouvelle nuit dehors.

Migrants of Marseille vous propose de partager des fragments de leurs nuits, en quatre épisodes. 

Lire la suite

Abdoulkarim, quartiers Comores

Abdoulkarim voyait la France comme une carte postale. Un pays où sa mère était partie travailler pour permettre à sa famille restée aux Comores de vivre correctement. Lorsqu’il est venu la rejoindre en 2012, le jeune homme a découvert l’envers du décor et s’est retrouvé immergé au cœur d’une des cités marseillaises les plus difficiles.

Lire la suite

Quand l’administration pèse des tonnes

Il croyait avoir toutes les chances de son côté. Un travail, un contrat bien rémunéré, une bonne intégration. Mais à cause d’une erreur administrative, Burak est sans-papier depuis quatre ans. Chef de chantier la semaine, il passe tout son temps libre à essayer de faire réparer cette injustice … et à éviter les contrôles de police. 

Lire la suite

No more posts.